Perfoptimum auprès de…

Perfoptimum Actualités

Perfoptimum et l'entreprise

Perfoptimum et les sportifs

Latest Post



"Gagner" n'est qu'un résultat, une conséquence mais ne peut pas être un but en soi. On ne peut pas prétendre avoir une solution miracle qui permette de gagner. On peut seulement prétendre mettre en place un certain nombre de paramètres qui augmentent les possibilités de réussir. Sans aucune certitude.. Le sportif se perçoit trop souvent uniquement à travers sa performance, ses résultats et pas assez en tant qu'être humain avec ses qualités et défauts qui le définissent.
Je pense que l’entraîneur est primordial à la préparation d’une équipe ou d’un athlète. Sans un bon coach, une victoire est impossible. Il est là pour donner des conseils grâce à son expérience et à son savoir. Plus il arrivera à comprendre le fonctionnement de ses sportifs, plus il arrivera à être adéquat, à trouver les mots justes, les gestes justes, ceux qui permettent d’avancer.
La manière de ressentir une victoire comme une défaite mérite d’être relativisée et d’être replacé dans un contexte de vie : « C’est le plus beau jour de ma vie ». « Cette défaite signe notre mort »

Pour apprendre de l'échec, il faut qu'il soit pris en compte dans sa dimension formatrice. Il doit être une occasion d'en apprendre plus sur soi-même. Tirer les leçons d'une défaite est un processus indispensable pour réussir par la suite. Obliger le sportif à être dans un processus de réflexion sur lui-même, et non pas d'application de conseils, peut permettre à long terme de l'aider à gérer lui-même ses échecs. En aucune manière, l'échec est à supprimer et à juger comme inacceptable et honteux. Il faut aussi changer l'image de celui qui échoue, car c'est un résultat brut et momentané. On peut échouer aujourd'hui et réussir demain. Les coachs doivent aussi se confronter à cette réflexion et à leur vision négative de l'échec.

Vous souhaitez mieux gérer vos victoires et vos défaites pour qu'elles impactent positivement vos athlètes, votre coaching
Perfoptimum vous conseille, vous accompagne dans la mise en oeuvre opérationnelle

Pour aller plus loin des articles: rebondir après une défaite l'imprévisible, analyser avant d'agir

 
des vidéos: Marc Lievremont =gérer les victoires et les défaites

  video
              






Impliqué dans le développement de programme Prévention santé par l'activité physique, plus particulièrement dans la mesure de l’impact sur la santé et sur la qualité de vie physique et mentale des participants, je vous présente mon approche. Le développement d’une solution monitoring, selon un concept canadien, permet d’évaluer, de mesurer, d’analyser et d’assurer le suivi des capacités physiques, de bien-être des participants au programme santé de votre structure (Fédération, Collectivité, Mutuelle..).
Je reste disponible si vous êtes intéressé par une présentation du programme d’accompagnement au développement de l’amélioration de l’état de santé, de l’assiduité et de la motivation à poursuivre ce programme «Sport-santé» .

Didier ROMAIN,  formateur consultant auprès des Fédérations, Collectivités et de leurs pratiquants






Perfoptimum intervient sur le thème de la communication sous tension

Comment les acteurs du jeu (joueur, coach, arbitre) sont amenés à communiquer entre eux, définition de la règle du 7 - 38 - 55




La confiance en soi dans la période de l'avant-match est évidemment centrale pour un coach. Pour rappel, le mental peut influencer négativement ou positivement la performance du coach mais aussi des joueurs, de l’équipe. Si le coach arrive à se détendre, associé à un dynamisme physique adéquat, avec un sentiment de confiance en sa stratégie, il a toutes ses chances d'être efficace.

La sensation de confiance en soi va donner le "feu vert" au compétiteur pour exprimer ses idées et inspirer ses joueurs. Si elle n'est pas présente, il est probable que la prestation sera en dessous de ce qui est prévu ou espéré.

Bien que la confiance en soi peut être liée à des facteurs particuliers, comme une période difficile , ou une spirale de défaites ou d'échecs- et qui nécessitent un travail spécifique-, il existe quelques éléments simples qui ont fait leurs preuves et qui peuvent être utiles à retenir pour activer le sentiment de confiance en soi avant une compétition:

- Rester dans une zone de contrôle (ou de confort)

La confiance en soi ne peut s'activer que dans un état de stress d'avant-match qui soit "suffisamment bon": ni trop bas (sinon pas assez de motivation), ni trop élevé (sinon l'activation du corps est trop élevée, ayant pour conséquence la perte de la maitrise de soi et de sa lucidité), le coach doit rester dans une zone de contrôle, dans un stress positif qui peut aider à performer.
* si le stress est trop élevé, il convient d'adopter des exercices relaxants, comme par exemple: quelques respirations calmes, prolonger sa préparation (s’habiller, préparer ses affaires..), s'isoler dans une pièce pour se calmer, écouter de la musique, parler (cela dépend de chacun)
* S'il est trop bas, adopter des exercices dynamisant (bouger, se parler positivement, ...)
Il convient toujours de positiver le stress: le stress, c'est votre dynamisme que vous allez utiliser pour agir

- "Rester dans sa bulle"

De manière générale, il est bien connu que ne rien faire laisse beaucoup de place pour penser. Ces pensées peuvent amener à stresser exagérément avant un match, et à générer des pensées parfois négatives. Le mieux est de trouver votre routine pour rester dans votre bulle ou en tout cas ne pas avoir le temps pour trop gamberger.
- Bien s'imprégner de la salle en venant suffisamment à l'avance, en prenant conscience de l'ambiance dans laquelle vous allez évoluer, pour prendre vos repères au moyen des routines qui vous procurent une sensation de confiance.

- Pratiquer l'imagerie mentale avant votre match

En pratiquant des visualisations positives avant un match, par exemple en activant certains de vos points forts (tactiques et comportementaux) au moyen d'images dans votre tête, vous allez activer une sensation de confiance en vous. Votre corps sera alors programmé pour activer votre potentiel durant le match. Il a été démontré que les coachs (les joueurs également) les plus performants sont ceux qui anticipent positivement les épreuves au moyen d'images mentales positives (évite les émotions non maitrisées : gestuelle, parole, choix….)

- Activer une attitude positive

L'attitude corporelle que vous allez prendre va influencer votre sentiment de confiance en soi. C'est à vous de trouver l'attitude dans laquelle vous vous sentez bien et qui vont activer une sensation de confiance en soi et de motivation optimale pour performer


Bien que plusieurs coachs aient eu l’opportunité de jouer dans des matchs importants, il est facile d’oublier que la majorité des jeunes joueurs n’ont pas eu encore cette opportunité. Lorsque les entraîneurs gardent leurs joueurs focalisés sur la compétition et les efforts déployés, ils leurs offrent  des meilleures chances de succès et les meilleurs outils pour diminuer le stress.


Vous souhaitez mieux gérer votre stress pour qu'il impacte positivement vos athlètes, votre coaching
Perfoptimum vous conseille, vous accompagne dans la mise en oeuvre opérationnelle

Pour aller plus loin, des articles: amortisseur, stimulateur, contrôleur         et des vidéos:stress, routine




 

Se fixer des objectifs communs qui répondent aux attentes individuelles



Respect du projet individuel pour construire le projet collectif

 

Chaque individu se nourrit de certaines ambitions, qu’ils s’agit de connaître et prendre en considération, car elles vont être source de motivation pour lui. Cette motivation est essentielle permettant de se surpasser pour atteindre ses objectifs et lui donner le plaisir de réussir.
Dès le début de la saison, l’entretien individuel avec le coach est basé sur le projet du joueur avec comme objectif de l’aider à se donner les moyens de réussir quelque soit la difficulté de la tâche qui l’attend : Objectifs à court, moyen et long terme


                                          « la force du loup est la meute »


Construire une identité collective

 

L’identité collective ne se décrète pas elle se construit. Parfois la culture du club est directement associée à un style de jeu (recrutement en conséquence). Pour d’autres, l’identité va se construire à partir des qualités de chacun :
«Si un projet commun n’assure pas forcément la victoire, son absence conduit souvent à la défaite ».Christian.Ramos
C’est en participant activement à sa construction, que le groupe va se l’approprier. Un management de type participatif permet de responsabiliser les acteurs du projet. Quand le projet de jeu est dessiné, croire aux qualités de chacun des membres de l’équipe donne la conviction que la victoire est possible, quelque soit l’adversaire.

                                         « la force de la meute est le loup »


Elever son niveau d’exigence personnelle

 

L’adhésion au projet collectif est indispensable, et le coach doit définir avec clarté le rôle de chacun (celui-ci pourra être évolutif !!).La difficulté pour le coach va être de faire différencier aux sportifs les objectifs de résultats «ce que je veux» et les objectifs de performance «ce que je dois». L’obsession du résultat collectif, amplifiée par l’entourage = dirigeants, médias.. n’est pas suffisante pour réussir. Il faut savoir prendre le temps de construire les moyens nécessaires pour gagner collectivement.

Conclusion

 

L’individu est au centre du projet collectif
Le projet de jeu est au centre de l’identité collective
Le coach est responsable des hommes et responsable du jeu. La réussite collective dépendra de l’équilibre qu’il saura trouver entre les 2. Pour être aidé, il devra s’entourer d’un staff structuré et uni et des relais fiables sur le terrain capables de prendre en main le projet collectif en stimulant au quotidien les individus qui le construisent.


Perfoptimum vous conseille, vous accompagne dans la mise en oeuvre opérationnelle


Pour aller plus loin, des articles : valeurs, égo       et des vidéos









La méthode de résolution de problème permet de définir et d’apporter une solution à un problème donné. Elle se déroule en quatre étapes:


1. Cadrage : relever les différents problèmes, les prioriser, en sélectionner un, essayer de le comprendre, définir le problème avec fixation des objectifs.

2. Analyse : remonter aux causes (un problème ne peut être réglé sans en connaître la ou les causes)

3. Solution : si on explore bien on trouve plusieurs solutions et il faudra choisir la meilleure (plus délicat de choisir la solution)

4. Action : appliquer la solution : généraliser les bonnes pratiques et ne pas retomber dans les mauvaises habitudes

Exemple: Le questionnement QQOQCP


Quand un problème à résoudre devient un conflit


• Arrêter temporairement de chercher des solutions au problème,

• Bien comprendre la réalité de l’autre et partager avec lui votre compréhension,

• Connaître votre propre style de réaction face au conflit et l’ajuster à la situation présente,

• Désamorcer, si possible, le conflit : c’est important d’intervenir tôt afin d’éviter l’escalade.


Quel est votre style de gestion de conflits???

 


Perfoptimum vous conseille, vous accompagne dans la mise en oeuvre opérationnelle


Pour aller plus loin, des articles: entraineur-entrainé, management et des vidéos









Il est nécessaire pour un Coach:

– de savoir ce qui intéresse ses joueurs(ses), de manière individuelle et collective. Il doit s’attacher à comprendre les facteurs explicites et implicites de motivation (les besoins) qui ne sont pas ceux du coach. Plus la motivation est intrinsèque, c’est-à-dire conduite par l’intérêt et le plaisir que l’individu trouve à l’action, plus elle est puissante.

– d’être empathique, c’est à dire d’être capable de comprendre l’autre dans son fonctionnement. Il répond ainsi aux besoins des joueurs(ses) d’être compris, et garde à l’esprit que leurs motivations ne sont pas forcément les mêmes que les siennes.

– de procurer un feed back clair sur l’évolution de chaque joueur et accompagner la persistance de la motivation de manière personnalisée, en «coachant».

Il faut faciliter le travail du groupe :

• se préoccuper de tous,
• expliquer et répéter,
• proscrire le «flagrant délit de bien faire»,
• accepter l’échec,
• organiser des entretiens dans la durée (court-moyen-long terme),
• avoir une attitude positive (humour, valoriser l’autre)

La motivation peut être :

• mesurée (entretien, monitoring, questionnaire),
• améliorée (enquête),
• valorisée (mise en avant des idées originales par ex).

Conseils :

Faciliter le travail du groupe :

• Refusez la complexité, synthétisez (sans réduire)
• Posez des questions au lieu de donner des solutions
• Assurez-vous que tous puissent s’exprimer librement

Améliorer la satisfaction :

• Favorisez l’esprit d’équipe
• Maintenez de bonnes conditions de travail
• Visez l’efficacité, l’utilité, les solutions gagnant-gagnant

Motiver à agir :

• Responsabiliser les personnes
• Prêtez attention aux dimensions humaines
• Récompensez !"

Perfoptimum vous conseille, vous accompagne dans la mise en oeuvre opérationnelle

Pour aller plus loin, des articles: coachs, entreprise, basket et des vidéos



Distributeur officiel Vitalitrack (France) et AthleteMonitoring (France)
PERFOPTIMUM SARL- Optimisation de la performance – 06 25 79 15 17